Les choses étonnantes que peut faire l’ouïe ...

temps de lecture: 5 min
de
11.09.18

Nos oreilles sont précieuses, chaque jour. Sans elles, le monde serait absolument silencieux. Et nous passerions à côté de tant de choses ... Voyons donc les choses merveilleuses qu’elles savent faire.

Un homme dormant dans le jardin

Nous baignons dans les sons, en permanence. Quasiment chaque mouvement donne lieu à un son. Effleurement, frottement, tapotement: à chaque fois, une minuscule vibration est émise avec pour résultat un bruit léger. Et chaque son restitue une information sur le monde.

C’est pour cela que les animaux et les humains ont développé l’ouïe, un sens extrêmement sensible qui donne une interprétation instantanée du monde. En réalité, tous les animaux entendent, même si certains sont aveugles.

Après des millions d’années d’évolution, nos oreilles sont devenues ces outils incroyables qui donnent vie au monde.


Nos oreilles nous permettent d’être conscients de toutes sortes de choses sans être obligés de les voir: si la circulation dehors est dense et si les voitures circulent vite ou non. Nous savons même si un conducteur est contrarié et utilise son klaxon.

Evidemment, nous pourrions tout aussi bien aller voir. Mais pour que notre représentation mentale du monde soit complète, nous avons besoin de tous nos sens. Et ils ont besoin de fonctionner les uns avec les autres. Plus la quantité de données perçues par chacun d’eux est importante, mieux c’est.

Entendre permet donc de donner du sens à la vie et de l’enrichir. Comme une bande son peut transformer un film, nos oreilles emplissent la vie de détails importants. Par exemple un vol d’oiseaux au-dessus de nos têtes, une plage à proximité ou le vent qui souffle dans les arbres. Ou l’atmosphère particulière d’une pièce, si elle est pleine de meubles ou si elle est vide, si des gouttes de pluie s’abattent contre la vitre ou si les flammes crépitent dans la cheminée.

Bien entendre nous permet de saisir des milliers de petits détails comme ceux-là sans même les regarder. Nous devenons tout simplement conscients du monde: notre ouïe travaille en harmonie avec chacun des autres sens pour nous en restituer une image plus complète.


L’ouïe a toujours été importante pour nous, notre monde a donc été construit autour d’elle. Un peu comme le son des cloches qui marque le passage du temps. Lorsque nous traversons une gare, les systèmes d’annonce publique nous procurent des informations importantes. Les applications de navigation donnent des indications verbales qui nous permettent de suivre des directions sans avoir à baisser les yeux.

De plus en plus souvent, nous avons recours à des signaux sonores électroniques pour nous informer de certaines choses, par exemple pour nous prévenir que notre plat est chaud, que notre ordinateur est en train de démarrer ou encore que notre ceinture de sécurité n’est pas attachée.

Nos oreilles nous aident aussi à conserver les choses en bon état: un grincement nous dit qu’il faut lubrifier, un bruit qui cogne signale une révision à faire, une vibration quelque chose à resserrer.

Sans ces indices et ces signaux élémentaires, la vie devient un peu plus compliquée.


Même quand nous dormons, nous continuons d’entendre. Si nos paupières sont fermées, nos oreilles quant à elles restent bien ouvertes et prêtes à nous avertir de tout ce qui mérite notre attention. C’est pour cela que nous utilisons un réveil le matin.

Pendant les périodes moins certaines de l’évolution de l’Homme, pouvoir se réveiller en cas de danger était vital. Il n’est donc pas surprenant que nous ayons évolué de manière à réagir très vite à ce que nous entendons, du moins plus vite qu'à ce que nous touchons ou sentons par exemple.


Les sons pénètrent notre conscience, indépendamment de ce que nous regardons. Nous utilisons des sons forts comme les sirènes pour prévenir d’un danger ou d’une urgence. Une sirène peut nous avertir de dégager la voie ou de chercher un abri.

C’est en partie parce que les sons forts savent attirer notre attention avec efficacité. Une alarme nous fait réagir très vite et dans l’urgence. Elle émet dans toutes les directions, nous n’avons donc pas besoin de la voir. Nous savons que le danger ou que le véhicule de secours se trouve à proximité sans même voir le gyrophare. Et par ailleurs, les sons sont efficaces de jour comme de nuit.


Nos oreilles nous renseignent sur certaines choses sans même les voir, ce qui réduit l’effet de surprise – un chien qui aboie quand nous passons ou quelqu’un de la famille qui pénètre dans la même pièce que nous en nous suivant.

Nos deux oreilles nous permettent de dire d’où provient un son, même si nous n’en voyons pas l’origine. Nous savons donc localiser les gens et les choses sans les voir, même dans le noir. Et nous savons aussi si quelque chose approche par le côté ou par derrière, qu’il s’agisse d’un véhicule qui roule vite, d’un animal dangereux ou d’un enfant qui rit aux éclats.

L’ouïe contribue ainsi et de manière significative à la représentation mentale que nous nous faisons du monde. Elle nous aide à nous orienter dans le monde: à savoir où se trouvent les choses, comment elles se déplacent et si nous avons besoin d’y prêter attention.


Personne ne sait avec certitude pourquoi, mais les gens qui ont une baisse d’audition sont plus exposés aux accidents que les individus qui entendent bien.

Une étude a suivi les blessures associées à la conduite de véhicules, aux activités professionnelles et aux activités de détente et sportives. Les personnes souffrant d'«un trouble auditif léger» étaient 60% plus susceptibles d’être blessées, celles souffrant d'«un trouble auditif modéré» 70% plus susceptibles d’être blessées et celles souffrant d'«un trouble auditif profond» 90% plus susceptibles d’être blessées.

Dans une autre étude, la baisse d’audition était liée à une incidence beaucoup plus élevée des chutes. Même en tenant compte de l’âge des sujets, les chercheurs ont découvert que les personnes ayant une perte auditive demeuraient plus exposées aux chutes que les personnes sans baisse auditive.

L’un des experts de la deuxième étude pense que ce lien peut provenir d’une baisse de vigilance générale, et aussi d’une demande cognitive plus élevée. Parce que les gens qui ont une baisse d’audition ont besoin de plus d’énergie mentale pour entendre, les ressources nécessaires pour d’autres activités comme le maintien de l’équilibre sont réduites.


Nous sommes des milliards d’individus dans le monde et nos oreilles savent cependant reconnaître une voix entre toutes.

Elles savent aussi déceler, au son de sa voix, si une personne est de bonne humeur ou non. Si elle est heureuse ou fatiguée ... Et nos oreilles savent par ailleurs nous dire si la personne ne va pas bien.

Le ton de la voix est aussi très important. Les mêmes mots, selon leur débit ou l’intonation qui monte ou qui baisse, peuvent vouloir dire des choses complètement différentes. La manière de dire les mots peut résonner comme une plaisanterie ou comme une déclaration. Savoir entendre les différences subtiles est donc essentiel pour une communication efficace.

Il y a aussi les sons que nous fabriquons dans nos actes et nos gestes. Sans nécessairement y réfléchir, les sons nous renseignent sur une situation. Si un être bien-aimé claque la porte, nous savons qu’il est contrarié. Si les casseroles s'entrechoquent dans la cuisine, nous savons qu’il est pressé. S’il chante sous la douche, il est heureux.

Bien entendre nous aide donc à déchiffrer l’état affectif des autres, à mieux compatir.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, l’ouïe est l’un des sens les plus importants dont nous disposons pour recueillir les informations qui complètent l’image que nous nous faisons du monde.

1 commentaires

commentaires